Line Renaud se livre : L’amour de sa vie Loulou Gasté, son amant Nate Jacobson…

La vie, Line Renaud la dévore depuis quatre-vingt dix ans. La star française récemment vue dans La Ch’tite Famille a tant vécu, mais rien ne saurait la rendre blasée ou fatiguée. Alors qu’elle fête les vingt ans de l’hôtel Paris à Las Vegas et qu’elle prépare un téléfilm avec Laëtitia Milot, la chanteuse, meneuse de revue et actrice se confie dans Paris Match et parle, avec tendresse, du grand amour de sa vie, Loulou Gasté.

C’est l’après-Guerre et Line Renaud commence à travailler dans le music-hall à Paris. Par l’intermédiaire de l’artiste Josette Daydé, elle rencontre le compositeur de chansons Loulou Gasté. Certes, il a vingt ans de plus qu’elle, mais l’alchimie est puissante : à 22 ans, elle l’épouse. Elle restera sa femme jusqu’à sa disparition en 1995, affrontant avec lui la blessure de ne pas pouvoir avoir d’enfant. Dans Paris Match, elle dira à propos de leur longue relation : “Pour aimer, il faut admirer. Moi, j’admirais Loulou, le compositeur et l’homme d’expérience qu’il était. Il me donnait toujours des conseils très pointus sur le métier, la vie. Mais un jour, l’élève dépasse son pygmalion et veut se libérer de son influence. J’ai passé cette période pour me rendre compte rapidement que j’avais toujours besoin des conseils avisés de mon mari. Aujourd’hui, je les distille aux jeunes qui m’en demandent.” Mariés durant quarante-cinq années, Line Renaud a dû affronter la vie seule brusquement. Mais face à son chagrin, elle pouvait compter sur sa mère : “Elle a continué de vivre avec moi longtemps après la disparition de mon mari. Elle était mon pilier. Je voulais tenir le coup pour elle.”

Quand Loulou Gasté est entré dans sa vie, celle qui voulait venger sa mère victime des infidélités de son père est devenue la femme d’un seul homme. Mais elle a avoué avoir eu un amant, à 37 ans. “Plus tard, à Vegas, j’ai vécu une belle histoire avec Nate Jacobson [premier directeur du Caesars Palace]. C’était une chance de vivre une passion comme celle-là. Savoir l’arrêter en a été une plus grande encore.” L’an dernier, dans les pages de Paris Match, elle évoquait également son amant : “Je m’ennuyais un peu, seule à Las Vegas, malgré le succès de la revue et mon activité prenante de productrice. Nate Jacobson, le bâtisseur du Caesars Palace, m’a subjuguée. Un génie. Cette histoire a été très forte mais n’a jamais atteint mon coeur. Je la revivrais tout pareil.” Son mari savait et lui aussi avait ses histoires ; lorsqu’elle a quitté définitivement Las Vegas en 1970, ils n’ont plus jamais abordé le sujet.

Son souhait aujourd’hui ? Que son Loulou, qui l’a aimée toute sa vie, l’appelle encore une fois Jacqueline – son véritable prénom – lorsqu’elle le rejoindra au paradis.

Click Here: sydney roosters team jersey

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le magazine Paris Match du 21 mars 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *